Join us / Suivez-nous

Polar Horizons’ Newsletter

Get the latest on our polar adventures. Don’t wait! Subscribe today.

Infolettre d’Horizons Polaires

Recevez les dernières nouvelles à propos de nos aventures polaires. Inscrivez-vous aujourd’hui!

Categories / Catégories

Archives

Expédition: L’Arctique, la nouvelle exposition du Musée canadien des civilisations

[facebook_ilike]

English version of this text

Mardi après-midi, j’ai eu le privilège de faire partie du tout premier groupe public à visiter Expédition: L’Arctique, la plus récente exposition du Musée canadien des civilisations. Pendant deux heures, en compagnie de près de 40 autres membres de The Arctic Circle, je suis retournée 100 ans en arrière pour revivre l’Expédition canadienne dans l’Arctique (ECA) qui s’est déroulée de 1913 à 1918. L’ECA fut la toute première expédition scientifique canadienne à être conduite en Arctique.

Après son mot de bienvenue, Mme Moira McCaffrey, vice-présidente de la section Recherche et Collections du Musée canadien des civilisation (MCC) nous a laissés entre les mains du Dr David R. Gray, biologiste arctique & historien au Musée canadien de la nature et curateur-invité pour l’exposition, et du Dr David Morrison, Directeur de la section Archéologie & Histoire au MCC. Nous n’aurions pu espérer de meilleurs guides!

Comme Dr Gray l’a expliqué, l’idée de présenter une exposition sur l’ECA remonte à plusieurs années. C’est peu de temps après être déménagé à Ottawa en 1973 qu’il a croisé, pour la première fois, la route du Dr Rudolf Martin Anderson, zoologue arctique et chef de l’équipe Sud. Dr Anderson avait quitté notre monde 12 ans plus tôt mais le Dr Gray ne cessait de tomber sur des tonnes d’objets arborant son nom sur leur carton d’identification: artefacts culturels, documents, films, photographies ainsi qu’une grande variété de spécimens d’animaux, de végétaux ou de minéraux. Tous étaient aussi fascinants les uns que les autres. Pour lui, il était impératif de partager cette mine d’information avec le public!

En 2002-2003, Dr Gray et son équipe ont développé l’exposition virtuelle Peuples et connaissances du Nord : Expédition canadienne dans l’Arctique (1913-1918). L’année suivante, le Dr Gray sema la graine pour que les artefacts soient montrés au public dans une exposition bien en chair et en os. Sept (7) ans plus tard, son voeu est enfin devenu réalité! Il n’en tient maintenant qu’à nous de passer par le MCC et profiter de cette merveilleuse opportunité de découvrir l’histoire, les succès, les tragédies et l’héritage de cette aventure polaire fascinante.

L’exposition étant interactive, une collection de 16 cartes, chacune représentant un membre de l’ECA, permet de visiter l’exposition sous un angle différent alors que nous tentons de découvrir l’histoire de cet individu. Donc, au moment de faire votre entrée dans la salle d’exposition, n’hésitez pas à saisir l’une des cartes du distributeur mural.

Un des bonus d’avoir pu visiter l’exposition en compagnie des Drs Gray et Morrison a été d’entendre plusieurs histoires associées à la conception et à la réalisation de l’exposition. Comme Dr Gray l’a expliqué, son plus grand défi a été de traiter l’énorme quantité d’informations et d’objets disponibles. Il lui a parfois été très difficile de laisser aller certains articles et / ou les merveilleuses histoires qui les accompagnent.

L’une des histoires que nous avons eu le plaisir d’entendre, a été celle des deux traîneaux. En 1917, le ECA s’est vue forcer de les abandonner sur l’île Banks. Le premier que vous rencontrerez lors de la visite a été recueilli en 1954 par le NCSM Labrador et ramené à Ottawa et entreposé aux Archives nationales (à l’époque, les archives préservait des objets 3D). Le second traîneau est demeuré dans la toundra pendant 17 années supplémentaires. Il a été ramené en 1971 lorsqu’un dirigeant d’une société pétrolière a visité la région en compagnie de Bryan Gordon du MCC. Malheureusement, en cours de route, toutes les informations associées à ce traîneau ont été perdues et il s’est retrouvé avec l’étiquette HNN13 (History No Name #13 – Histoire Sans Nom #13).

Voici une courte vidéo dans laquelle Karine Lelièvre du MCC parle du premier traîneau, de quelles façons il a été utilisé et pourquoi il a été abandonné. :

Lors de notre visite, nous avons appris que la sélection des objets exposés a souvent été faite à partir de photographies et non pas en voyant l’objet physique. Ainsi, quelques surprises sont survenues au moment d’installer l’exposition. Par exemple, lorsqu’une boîte associée au traîneau HNN13 a été ouverte, on y a découvert des pièces appartenant au premier traîneau ainsi que divers «souvenirs» ramassés en 1954.

Une autre tâche ardue a été de réunir des objets qui avait été collectés au même moment mais qui, avec le temps, se sont vus séparés. Parfois les autocollants ou simplement la colle laissée sur l’objet lorsque l’autocollant est tombé, a été leur principal élément de preuve confirmant que les pièces avaient été recueillies au même endroit.

Encore aujourd’hui, plus de 300 objets culturels associés à l’ECA demeurent sans aucune donnée. Vous ne connaîtriez pas par hasard un étudiant qui aurait le goût d’en faire le sujet de sa thèse?

À l’exception d’un ou deux items, notamment le phonographe, tous les objets et spécimens présentés dans le cadre de l’exposition ont appartenu ou ont été ramenés par l’ECA. Dans certains cas, la technologie d’aujourd’hui a été combinée avec ces articles d’antan. Par exemple, au moment d’entrer dans l’exposition, examinez de près l’image du bateau projetée sur le grand écran. Il s’agit d’une photographie prise par les membres de l’ECA à laquelle du mouvement a été ajouté dans l’eau et dans ciel. Vous pourrez même apercevoir un oiseau traverser le ciel! Intéressant!

Voici une autre courte vidéo dans laquelle Karine Lelièvre discute de la recherche scientifique et de la façon dont les spécimens ont été collectés.. Vous en reconnaîtrez quelques-uns lors de votre visite, particulièrement Jim, le renard arctique. Découvrez de quelle façon il est lui-même devenu un spécimen :

P.S. Nous avons entendu dire que le loup arctique faisant parti de l’exposition a mordu un membre de l’ECA. Nous essayerons d’en apprendre plus sur cette histoire 😉

Un des sujets couverts par l’exposition est la culture des Inuits du cuivre et leur indispensable apport à l’ECA. En visitant l’exposition, portez attention aux sons et à la musique qui se font entendre. Les membres de l’ECA ont enregistré tout ce que vous entendez. Certains sont des chants inuits qui ont été écrits durant l’expédition. Voici une courte vidéo dans laquelle Karine Lelièvre explique la méthode utilisée pour enregistrer la musique pendant l’expédition :

Voici une autre vidéo dans laquelle Katerine Lelièvre parle de la culture des Inuits du Cuivre. Elle montre un exemple de lunettes des neiges inuites. Dans l’exposition, vous pourrez voir plusieurs autres modèles développés par les gens du sud et qui ont été testés par les membres de l’ECA. Aucun ne s’est avéré aussi efficace que les modèles inuits:

En terminant, voici une courte vidéo dans laquelle Stuart E. Jenness, fils de Diamond Jenness, l’un des deux ethnologues de l’ECA, présente son livre Stefansson, Dr. Anderson and the Canadian Arctic Expedition, 1913-1918: A Story of Exploration, Science and Sovereignty qui raconte, pour la toute première fois, l’histoire complète de l’ECA.

J’espère que ces quelques lignes et ces images vous inciteront à visiter cette nouvelle exposition. Même si vous avez jusqu’en avril 2012 pour le faire, pourquoi ne pas y aller dès maintenant?

France Rivet

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>