Join us / Suivez-nous

Polar Horizons’ Newsletter

Get the latest on our polar adventures. Don’t wait! Subscribe today.

Infolettre d’Horizons Polaires

Recevez les dernières nouvelles à propos de nos aventures polaires. Inscrivez-vous aujourd’hui!

Categories / Catégories

Archives

Voyage avec les Eskimos du Labrador, 1880-1881 : Le journal de Johan Adrian Jacobsen maintenant disponible en français

(English version of this post)

Enfin! La toute première publication d’Horizons Polaires est arrivée! Voyage avec les Eskimos du Labrador, 1880-1881 (et son équivalent de langue anglaise, Voyage with the Labrador Eskimos, 1880-1881) représente également le premier livrable émanant officiellement du projet de recherche Sur les traces d’Abraham Ulrikab.

Comme plusieurs d’entre vous savez déjà, l’histoire d’Abraham Ulrikab est l’une des plus tristes et des plus émouvantes qu’aient connues le Nunatsiavut (Labrador), les Inuits et le Canada. En août 1880, le norvégien Johan Adrian Jacobsen arrive au Labrador à bord de l’Eisbär. Il cherche à recruter des « Eskimos » qui accepteraient de le suivre en Europe pour devenir la plus récente attraction des spectacles ethnographiques organisés par l’allemand Carl Hagenbeck, propriétaire d’une ménagerie et pionnier des « zoos humains ».

Couverture_livre_Jacobsen_FR

Deux familles acceptent l’offre de Jacobsen. Les huit individus, âgés de 13 mois à 50 ans, sont exhibés à Hambourg, Berlin, Prague, Frankfurt, Darmstadt, Krefeld puis Paris. Mais, peu après leur arrivée en sol européen, les Inuits se rendent compte que leur décision a été la mauvaise. Dès lors, leur vœu le plus cher est de rentrer à la maison, au Labrador. Malheureusement, Jacobsen et Hagenbeck ayant omis de les vacciner, une mesure pourtant imposée par la loi allemande, en moins de quatre mois le groupe n’existe plus, tous ayant été emportés par la variole. Les trois premières victimes meurent en Allemagne. Les cinq autres, dont Abraham, meurent à Paris.

Abraham a rédigé un journal personnel, tout comme Johan Adrian Jacobsen qui les a accompagnés durant leur tournée. Le journal de Jacobsen étant une source essentielle pour comprendre les événements qui se sont déroulés il y a plus de 133 ans. Grand merci au Professeur Hartmut Lutz d’avoir recruté Jacqueline, sa belle-soeur, qui a attaqué ette tâche avec beaucoup d’enthousiasme, de rigueur et d’application. Au cours des 20 dernières années, Hartmut a consacré temps et énergies pour faire connaître l’histoire d’Abraham Ulrikab. Alors qu’il était professeur d’études américaines et canadiennes à l’Université de Greifswald (Allemagne), il a produit avec ses élèves la traduction anglaise du journal d’Abraham et de divers textes connexes. Leurs efforts ont mené à la publication du livre The Diary of Abraham Ulrikab : Text and Context (Les Presses de l’Université d’Ottawa, 2005). Près de dix ans plus tard, l’engagement de Hartmut nous permet maintenant de prendre connaissance du journal de Johan Adrian Jacobsen.

Voyage avec les Eskimos du Labrador, 1880-1881 vous fera découvrir les pensées et états d’âme de ce jeune homme de 23 ans tout au long du périple; de sa quête infructueuse pour recruter des « Eskimos » au Groenland, son désespoir de voir qu’au Labrador les missionnaires moraves s’opposent eux aussi à son projet, sa jubilation lorsqu’Abraham accepte de l’accompagner avec sa famille, son étonnement devant la scène où Terrianiak et Paingo se servent de leurs pouvoirs chamaniques pour calmer une tempête sur l’Atlantique, jusqu’au choc des deux premiers décès alors que les médecins allemands confirmaient qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter, suivi du moment où Abraham se voit dans l’obligation de remettre sa fillette de trois ans aux soins d’un hôpital en Allemagne puis l’horreur d’être admis au pavillon des varioleux de hôpital Saint-Louis de Paris où tant les « Eskimos » que les Européens souffrent et meurent autour de lui.

« Lorsque j’allai voir Ulrike peu après minuit, je vis que son combat touchait à sa fin. J’essayai de la réconforter, mais elle me fit signe que non de la main comme si elle ne voulait plus me voir; ce qui d’ailleurs n’était pas étonnant, car elle savait que tous les autres l’avaient précédée. Et je me sentis dans une certaine mesure coupable. […] Malheureux êtres humains. Leur mort, je ne l’ai pas voulue, et pourtant, si je n’étais pas allé au Labrador, comme tous leurs parents, ils vivraient encore. »

Johan Adrian Jacobsen, 16 janvier 1881

Mille mercis à Harmut et Jacqueline pour leur enthousiasme et travail consciencieux.

Merci à Patricia Latour et à tout le personnel de l’Imprimerie Gauvin à Gatineau qui ont réussi à imprimer la version anglaise juste à temps pour que quelques exemplaires puissent être remis à Hartmut lors de sa courte escale à Ottawa, le 13 mars dernier.

Hartmut Lutz, France Rivet et Ruth Lutz à l'aéroport d'Ottawa tenant les toutes premières copies de la version anglaise du livre "Voyage avec les Eskimos du Labrador, 1880-1881".

Hartmut Lutz, France Rivet et Ruth Lutz à l’aéroport d’Ottawa tenant les toutes premières copies de la version anglaise du livre “Voyage avec les Eskimos du Labrador, 1880-1881”.

Voyage avec les Eskimos du Labrador, 1880-1881

Manuscrit original de Johan Adrian Jacobsen
Traduction française de Jacqueline Thun
88 pages, 14 illustrations/photographies

ISBN 978-0-9936740-4-4 (version papier) 14.95 $
ISBN 978-0-9936740-0-6 (version PDF) 8.95 $

Également disponible en anglais (version papier et PDF)

Voyage avec les Eskimos du Labrador 1880-1881 – Feuillet information

Pour commander :

Boutique en ligne horizonspolaires.com/librairie
Courriel info @ horizonspolaires.com

 

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>